Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Entreprises en difficulté > Bilan 2017 de l’action des interlocuteurs privilégiés

Bilan 2017 de l’action des interlocuteurs privilégiés

| Publié le 20 septembre 2018 | Dernière mise à jour le 15 octobre 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Nicole Klein, préfète de la région Pays de la Loire, a réuni le 11 septembre à Nantes le réseau des interlocuteurs privilégiés, publics et privés, afin d’améliorer la détection des difficultés d’entreprise et l’accompagnement des dirigeants. Figuraient à l’ordre du jour, l’intégration de nouveaux partenaires, l’amélioration de la connaissance entre acteurs, la prise en compte des signaux faibles et le développement de la notoriété du réseau.

Comme l’a rappelé la préfète de région, « l’objectif majeur consiste à rompre l’isolement du chef d’entreprise qui rencontre des difficultés, qu’elles concernent les recrutements, une baisse d’activité, un contrat en cours, une évolution réglementaire, etc. 

Cette action vient en soutien de la mission du commissaire aux restructurations et à la prévention des difficultés des entreprises, l’ancien commissaire au redressement productif. Dans le cadre du projet de loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) deux propositions sont en effet formulées : une meilleure identification en amont des entreprises en difficulté pour la prévention des défaillances et la capacité à rebondir en cas d’échec en facilitant la liquidation à moindre frais et le rebond rapide ».

Après trois ans d’activité, le réseau des acteurs, fédéré autour d’une charte régionale, apporte un premier niveau d’analyse sur les difficultés rencontrées et oriente les chefs d’entreprise vers les dispositifs les plus pertinents pour contribuer à résoudre leurs difficultés.

Travaux en ateliers

Lors de cette journée, plusieurs acteurs ont présenté leurs missions et notamment le rôle du correspondant TPE de la Banque de France, la médiation des entreprises et les procédures amiables au tribunal de commerce. Une stratégie de communication est mise en place pour mieux faire connaître ce réseau aux dirigeants et créateurs d’entreprise. Enfin, les acteurs ont la volonté d’améliorer la prise en compte des signaux faibles tels que la baisse d’effectifs, la mobilisation de l’activité partielle ou la création d’incidents de paiements à l’URSSAF et d’intégrer de nouveaux partenaires et de nouveaux outils.

Documents à télécharger :

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics