Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Difficultés des entreprises > Séminaire régional des interlocuteurs privilégiés le 28 novembre à Nantes : la (...)

Séminaire régional des interlocuteurs privilégiés le 28 novembre à Nantes : la suite !

| Publié le 14 février 2020 | Dernière mise à jour le 16 mars 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Unique en France, un réseau d’interlocuteurs privilégiés pour prévenir et accompagner les difficultés des entreprises.

44 organismes publics et privés viennent de renouveler leur engagement en signant la charte pour la prévention et l’accompagnement des difficultés des entreprises. Le réseau des 125 interlocuteurs privilégiés instauré par la charte s’est réuni à Nantes le 28 novembre. Au programme, la présentation des nouveaux membres et la définition d’une feuille de route autour de trois priorités : mieux repérer les signaux faibles, changer la vision de l’échec et communiquer sur l’action du réseau.

« Un réseau bienveillant mais pas complaisant »

Ce réseau « bienveillant mais pas complaisant » selon les termes de Jean-Philippe Beaux, commissaire aux restructurations et à la prévention des difficultés des entreprises (CRP) des Pays de la Loire s’engage à être à l’écoute des entreprises en difficulté. Il vise à apporter un premier niveau d’analyse et à orienter vers les dispositifs d’accompagnement les plus pertinents pour contribuer à la résolution des difficultés.
La richesse et l’efficacité du réseau tiennent dans sa diversité, la complémentarité des compétences et aussi la personnification.

« On a un nom et un numéro de téléphone » se réjouit Jean-Charles Douet, délégué régional de la fédération bancaire qui vient de rejoindre le réseau. Me Yves-Marie Herrou, bâtonnier de l’ordre des avocats d’Angers, qui vient lui aussi d’adhérer à la charte rappelle que des bons de consultation gratuite sont disponibles pour les chefs d’entreprise.

Connaître les dispositifs au sein du réseau

L’action du réseau repose aussi sur une bonne connaissance mutuelle des dispositifs mobilisables. Claude Bolloré présente l’activité de l’association APESA 44 (aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance aiguë) qu’il préside. Ses membres agissent en prévention du risque suicidaire pour les chefs d’entreprise en grande difficulté. Un réseau de sentinelles est formé à cet effet. Les sentinelles peuvent être des juges, des avocats, des mandataires judiciaires, des experts comptables, des agents de l’Urssaf de la Drfip, …


Eric Girardeau, président du centre d’information sur la prévention des difficultés des entreprises (CIP 44), présente les actions menées en Loire-Atlantique. Parmi elles « Les Entretiens du Jeudi » organisés en 4 étapes : l’écoute attentive du dirigeant, le dialogue avec le chef d’entreprise, l’information sur les solutions existantes et la remise de documents.

La feuille de route du réseau

A consulter

Documents à télécharger :

--

Webmestre |