Accueil > Concurrence et consommation > Actualités Concurrence, Consommation > Opération « coup de poing » dans l’agro-alimentaire :

Opération « coup de poing » dans l’agro-alimentaire :

| Publié le 6 décembre 2011
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Le service métrologie de la Direccte a contrôlé 673 instruments dans 200 établissements agroalimentaires des Pays de la Loire, en septembre et octobre 2011.

Objectif de cette opération « coup de poing » : s’assurer de la réalité des poids affichés sur les produits. 20% des instruments contrôlés étaient en situation irrégulière. Mais seules quelques irrégularités importantes pour les consommateurs, ont été détectées.

Abattoirs, transformation de la viande, fabrication de biscuits ou de viennoiseries, marchés de gros et demi-gros ont été les cibles privilégiées de cette opération. Ces contrôles portaient sur tous les types d’instruments de pesage, comme les balances, bascules, doseuses-trieuses ou emballeuses.

 

Dans la plupart des cas d’irrégularités constatés, les instruments n’ont pas fait l’objet du contrôle annuel obligatoire. Compte tenu du taux élevé de non-conformité constaté, cette opération va se poursuivre. Remettre à niveau les instruments est dans l’intérêt des entreprises concernées et de leurs clients.

 

L’emballage au prix de la viande

Deux cas exceptionnels ont été relevés. Une entreprise de Loire-Atlantique incluait le poids de l’emballage dans le poids net vendu au client. La balance ne revenait pas à zéro lorsqu’elle était vide, soit une erreur totale de 60 g sur chacun des produits. La DIRECCTE a obligé l’entreprise à corriger sans délai les poids des produits en question. Placée sous surveillance renforcée, elle fera l’objet de nouveaux contrôles inopinés.
Une entreprise du Maine-et-Loire utilisait des instruments non homologués et encore moins vérifiés annuellement. Ils ont été immédiatement interdits d’utilisation pour toute transaction commerciale. Seuls des instruments « approuvés » peuvent être utilisés car leur conception permet de garantir l’exactitude et la fiabilité de la mesure. La vérification annuelle permet ensuite de s’assurer que l’instrument ne dérive pas au cours du temps.

-- --

Légifrance | Mentions légales | Services Publics